• Pour Approfondir •

            CARMEL de la               VISITATION

 

Texte du Pape François

Constitution Apostolique Vultum Dei Quaerere

sur la vie contemplative féminine, 2016, § 10-11


En Marie, nous entrevoyons le chemin mystique de la personne  consacrée, établie dans l’humble sagesse qui goûte le mystère de l’accomplissement ultime.

A l’exemple de la Vierge Mère, le contemplatif est la personne centrée en Dieu, il est celui pour lequel Dieu est l’unum necessarium (cf. Lc 10, 42), face auquel tout est redimensionné parce que vu avec un regard neuf. La personne contemplative comprend l’importance des choses, mais celles-ci ne dérobent pas son cœur et ne bloquent pas son esprit. Elles sont au contraire une échelle pour arriver à Dieu : pour elle, tout « porte signification » du Très Haut ! Celui qui s’immerge dans le mystère de la contemplation voit avec des yeux spirituels : cela lui permet de contempler le monde et les personnes avec le regard de Dieu, là où en revanche les autres « ont des yeux et ne voient pas » (Ps 115,5 ; 135, 16 ; cf. Jr 5, 21), parce qu’ils regardent avec les yeux  de la chair.


Contempler, alors, c’est avoir, dans le Christ Jésus, dont le visage est constamment tourné vers le Père (cf. Jn 1,18), un regard transfiguré par l’action de l’Esprit, regard dans lequel fleurit l’admiration pour Dieu et ses merveilles ; c’est avoir un esprit limpide, dans lequel résonnent les vibrations du Verbe et la voix de l’Esprit, qui est souffle d’une brise légère (cf. 1 R 19, 12). Ce n’est pas par hasard que la contemplation naît de la foi, porte et fruit de cette contemplation : ce n’est qu’à travers le « me voici » confiant (cf. Lc 2, 38) que l’on peut entrer dans le Mystère.

RETOURPrieres.htmlPrieres.htmlshapeimage_4_link_0

Sainte Thérèse d’Avila



Si l’amour que vous avez pour moi,

Mon Dieu, est comme celui que j’ai pour vous,

Dites-moi, pourquoi hésiterais-je ?

Et vous, pourquoi hésitez-vous ?

Ame, que veux-tu de moi ?

Mon Dieu, rien d’autre que de te voir

Et que crains-tu le plus pour toi ?

Ce que je crains le plus, c’est de te perdre.

Une âme cachée en Dieu

Que peut-elle désirer

Sinon aimer et aimer encore,

Et tout embrasée d’amour

Recommencer de nouveau à t’aimer ?

Je vous demande un amour qui envahisse,

Mon Dieu, que mon âme vous possède,

Pour faire un doux nid

Là où elle sera le mieux à sa convenance.


Poésie IV, Colloque amoureux.

Samedi 2 Février,

fête de la Présentation de Jésus au temple,

la coutume veut que nous honorions également la vie consacrée.