• Pour Approfondir •

            CARMEL de la               VISITATION

 

Méditations pour le Carême


« Nous entreprenons le chemin du Carême, fait d'écoute de la Parole de Dieu, de prière et de pénitence. Il s'agit de quarante jours au cours desquels la liturgie nous aidera à revivre les étapes principales du mystère du salut. Comme nous le savons, l'homme avait été créé pour être l'ami de Dieu. Mais le péché de nos ancêtres a brisé cette relation de confiance et d'amour, et a rendu par conséquent l'humanité incapable de réaliser sa vocation originelle. Toutefois, grâce au sacrifice rédempteur du Christ, nous avons été sauvés du pouvoir du mal : en effet, le Christ, écrit l'apôtre Jean, s'est fait victime d'expiation pour nos péchés (cf. 1 Gn 2, 2), et saint Pierre ajoute :

Il est mort pour les péchés une fois pour toutes (cf. 1 P 3, 18). (...) que la période quadragésimale, que nous entreprenons aujourd'hui avec le rite austère et significatif de l'imposition des Cendres, soit pour tous une expérience renouvelée de l'amour miséricordieux du Christ, qui sur la Croix a versé son sang pour nous. »


La prière n’est pas un accessoire, une « option », mais une question de vie ou de mort... Seul en effet celui qui prie, c’est-à-dire celui qui s’abandonne à Dieu avec un amour filial peut entrer dans la vie éternelle, qui est Dieu lui-même.


Benoît XVI

RETOURPrieres.htmlPrieres.htmlshapeimage_4_link_0

Ma télé est mon berger,

Je ne voudrais pour rien en manquer.

Elle me fait reposer

Dans un fauteuil confortable,

Elle me dirige près d’une vie inutile, mais tranquille.

Elle divertit mon âme

Et je me délecte de l’injustice à cause d’elle.

Quand je suis menacée par les conséquences de mes choix,

J’ignore tout mal, car tu m’aveugles.

Ton écran et tes programmes,

Voilà tout ce qui m’intéresse.

Tu dresses devant moi une table

Où je fraternise avec mes adversaires.

Tu remplis ma tête d’illusions

Et mon âme évidée se laisse vivre par tes idées.

Oui, le plaisir et la futilité

M’accompagneront

Aussi longtemps que tu existeras,

Mais je n’habiterai jamais

Dans la maison du Seigneur,

Car tu m’en fermes la porte

Toutes les soirées de la vie.


Pierre Trevet, Paraboles d’un curé de campagne

Editions de l’Emmanuel, 2006


Le Seigneur est mon berger,

Rien ne saurait me manquer.

Le Seigneur est mon berger :

Je ne manque de rien.

Sur des prés d'herbe fraîche,

Il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles

Et me fait revivre ;

Il me conduit par le juste chemin

Pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,

Je ne crains aucun mal,

Car tu es avec moi :

Ton baton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi

Devant mes ennemis ;

Tu répands le parfum sur ma tête,

Ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent

Tous les jours de ma vie ;

J'habiterai la maison du Seigneur

Pour la durée de mes jours.


Psaume 22 (23)

Textes liturgiques : © AELF